Site informatif sur le transpalette électrique

Transpalette peseur

transpalette-electrique-1.jpgtranspalette-electrique-2.jpgtranspalette-electrique-3.jpgtranspalette-electrique-4.jpgtranspalette-electrique-5.jpg

Transpalette peseur

Utilisé majoritairement dans la manutention et dans le fret, le transpalette peseur est un outil d’une grande aide pour les travailleurs de ce milieu. Il facilite le transport des grandes charges et il permet même de peser la charge qu’il supporte.

Histoire et fonctionnement du transpalette peseur

De tout temps, les hommes ont cherché à se faciliter la tâche dans leur travail. Ils rivalisèrent d’ingéniosité et de complexité pour gagner en temps et en main-d’œuvre pour ouvrir des portes qui leur étaient jusque-là fermées. Un des domaines sur lequel ils ont apporté de grandes améliorations est le déplacement d’objets lourds ou encombrants. L’origine du transpalette nous vient d’un industriel britannique, Eugène Clark, basé aux États-Unis. L’innovation technique fit de « Clark » un nom commun pour dire chariot élévateur ou transpalette. Cependant, pour plusieurs personnes, le premier nom qui vient en tête reste Fenwick, car cette marque fut la pionnière sur la branche française de la manutention. C’est en 1926 que sort de l’usine le premier chariot élévateur français à Saint-Ouen sous la référence « KF 202. »

Le transpalette est conçu surtout pour la manutention de, comme son nom l’indique, palettes. On trouve une multitude de modèles qui sont capables de transporter des charges moyennes (cartons, bacs), mais aussi le plus classique transpalette sera capable de lever 700 kilos à 1,6 tonne et certains jusqu’à une quarantaine de tonnes sous forme de conteneur levant à des hauteurs de plus de 11 mètres. À l’origine le transpalette est équipé de deux bras formant une fourche, mais aussi équipé parfois d’outils différents, parmi une large variété en fonction de la charge à manutentionner pour la prise de bobines ou de rouleaux on trouve surtout des pinces hydrauliques, par exemple, ou « pince à grumes » pour tronc d’arbre ou avec une fourche munie de capteur pour peser la charge soulevée, le fameux transpalette peseur. Certains sont manuels, certains à moteur, soit à combustion, soit transpalette électrique, selon l’endroit où il doit se déplacer (lieu fermé ne peu pas se servir de moteur thermique à cause de la fumée).

Les différents transpalettes peseurs et leurs applications

Le transpalette peseur est une solution pratique pour qu’en plus de faire les options de manutention qu’il lui incombe, le cariste puisse faire des opérations de vérifications en même temps, sans devoir se déplacer vers une station de pesage et des fois, perdre un temps considérable et du carburant (si le modèle est motorisé) lors de grands détours. Il existe différents modèles avec différentes précisions et différentes finitions : manuel ou motorisé, précisions au 100 grammes ou au kilogramme près par exemple, en acier classique ou en acier inox, avec métrologie (compteur qui calcule la distance, cela peut-être utile en cas de matériel de location qui serait, loué au kilométrage)

Modifications apportées au transpalette pour en faire un transpalette peseur

Le transpalette doit d’abord être découpé pour y apporter des modifications comme, le renfort de la partie inférieure de la fourche, pour y installer les capteurs puis repose du dessus de la fourche avec de manière à permettre une bonne pesée. Souvent, on trouvera quatre capteurs, bien répartis de manière stratégique sur la fourche pour un bon transpalette peseur. C’est un métier surveillé par le Ministère du Travail dû à la nature dangereuse des accidents qui peuvent survenir avec de tel engin. Il n’est pas nécessaire d’avoir un CACES, même s’il est conseillé, mais la permission vient de l’entreprise fondée sur la connaissance des lieux et la connaissance des normes de sécurité, tout cela après accord de la médecine du travail.

Faites-nous part de vos commentaires ou questions